Les choses qui nous rendent différents, c’est ça nos superpouvoirs. À chaque fois que vous sortez de chez vous, enfilez votre cape et partez à la conquête du monde, parce qu’il ne serait pas aussi beau si vous n’en faisiez pas partie
-Lena Waithe aux Emmy Awards (Jordan Strauss/Invision, via Associated Press)

 

Le 17 septembre dernier, Lena Waithe est entrée à jamais dans l’histoire des Emmy awards. Dans les pas de Halle Berry et Hattie McDaniel, la scénariste et actrice de la série Master of None est devenue la première femme noire à se voir décerner le prix du meilleur scénario comique. Cette victoire s’inscrit dans une ère particulièrement fastueuse pour les Noirs à Hollywood. D’Atlanta à Insecure en passant par le tour de force de Viola Davis dans How to get away with murder ou encore le succès critique et populaire de Get Out, ils reprennent en main la narration et cela porte ses fruits. Derrière l’écran aussi, les voix se diversifient de plus en plus. Lena Waithe fait partie de ces nouvelles plumes qui bouleversent un paysage audiovisuel américain resté trop longtemps uniforme.

Waithe nait à Chicago le 17 mai 1984. Elle se découvre très tôt un talent pour l’écriture et sait dès l’âge de 7 ans qu’elle veut écrire pour la télévision. Sa mère et sa grand-mère l’encouragent dans cette voie, et la jeune Lena de prendre la direction du Columbia College de Chicago. Elle y croisera la route d’un professeur qui, impressionné par le script qu’elle avait écrit pour la série Girlfriends, l’incitera à se rendre à Los Angeles. Ce déménagement lui permettra de polir son cv auprès de réalisateurs comme Gyna Prince-Blythewood (Love and Basketball, Beyond the Lights) ou George Tillman à qui elle servira d’assistante sur le biopic Notorious.

Elle s’essaiera également à la production, avec Dear White People (réalisé par Justin Simien), centré sur l’expérience d’étudiants afro-américains dans une université à majorité blanche. En parallèle, la scénariste travaille sur ses projets personnels.  Simien reviendra par exemple lui prêter main forte sur la web-série Twenties, qui raconte les tribulations d’une jeune vlogueuse noire et lesbienne et de ses amis. Toute ressemblance avec sa créatrice serait purement volontaire.

Mais c’est avec Master of None que la reconnaissance arrive. Lena Waithe ne devait être que scénariste sur cette série avant que le créateur Aziz Ansari décide de réécrire le personnage de Denise (au départ blanche et hétérosexuelle) spécialement pour elle. L’épisode en question retrace la longue amitié de Dev (joué par Aziz Ansari) et Denise sur plusieurs Thanksgiving alors que cette dernière tente de faire son coming-out à sa mère. L’existence  d’un personnage comme Denise est encore un fait exceptionnel à la télévision.

Je n’ai jamais eu peur de devoir représenter toutes les lesbiennes noires (…) Je veux être une représentation dont elles peuvent être fières. Je ne me dis pas : « Oh [Denise] ne peut rien faire de mal ». Je voulais qu’elle soit perçue comme un véritable être humain .

« Cet épisode parle de l’expérience des femmes, des queers, des personnes de couleur », dit-elle. « Dans mon discours, je voulais que toutes ces personnes sachent que je partageais ce moment avec elles ». Elle espère que son exemple inspirera d’autres personnes à poursuivre une carrière dans le divertissement. « Ça veut dire que c’est possible. Il y a tellement de femmes de couleur drôles. J’espère qu’elles savent que c’est désormais possible parce que cette porte vient de s’ouvrir ».

-Angela Bassett et Lena Waithe dans Master of None (2017).

À suivre, la série  « The Chi » sur Showtime, inspirée de l’enfance de Lena Waithe à Chicago.

 

 

Share this: